Injustices

Archipels #17

Des ressources piochées ici ou là pour renforcer une culture de lutte et d’action afin de construire un monde plus solidaire, plus juste, plus écologique.
Bonnes découvertes !

POUR ACCÉDER AUX CONTENUS, CLIQUER SUR L’IMAGE

Les Chatouilles

Malheureusement d’actualité, ce film d’Andrea Bescond et d’Eric Métayer, sorti en 2018, nous permet de suivre la vie d’Odette à huit ans, elle aime danser et dessiner. Pourquoi se méfierait-elle d’un ami de ses parents qui lui propose de « jouer aux chatouilles » ? Adulte, Odette danse sa colère, libère sa parole et embrasse la vie.
Film qui traite d’un sujet que l’on ne dit pas car cela pourrait faire du mal à l’entourage, un sujet tabou est abordé. Nous suivons la vie mouvementée d’Odette et de ses rencontres avec des retours sur le traumatisme subi lors de l’enfance et des conséquences en grandissant. Et puis, un jour le silence se tait pour parler, pour dire la vérité mais il y a des vérités que des personnes ne sont pas prêtes d’entendre. On vous ce film recommande, mais mieux vaut être dans un état d’esprit favorable, c’est un film à voir sans hésitation !

INJUSTICES : “OU PEUT-ETRE UNE NUIT”

Injustices est un podcast de Louie Média qui décortique les injustices structurelles.
La saison 2, intitulée “Ou peut-être une nuit” est consacrée au silence le plus épais qui fait encore taire les victimes de violences sexuelles: celui qui entoure l’inceste. Créée et présentée par Charlotte Pudlowski, cette série de 6 pisodes est complétée par une table ronde, consacrée au soutien des victimes, qui a permis de discuter d’outils concrets pour aider et recueillir la parole des victimes d’inceste.

TE PLAINS PAS, C’EST PAS L’USINE

Ce texte, écrit à 4 mains, met le doigt sur une question : celle de conditions de travail dans les associations. Car, oui, certain-e-s se plaignent alors que franchement « il y a pire comme boulot ». Ce texte démontre le contraire et met en lumière les contradictions entre recherche de financement à tout crin et bien-être au travail. La fin des contrats aidés et l’accueil de volontaires en service civique (clairement dénoncé ici comme du travail dissimulé), les relations ambivalentes avec les services de l’état, les directions, les bas salaires…
Et pour finir, la question des luttes et l’intérêt de se battre pour que l’emploi associatif soit considéré comme un travail à part entière.
À mettre entre toutes les mains des associations mais également des collectivités et services d’état en charge de ces questions !

URGENCE SOCIALE ? PASSONS A L’ACTION

En janvier, les mobilisations et les grèves se sont multipliées : étudiant.es, santé et médico-social, dans l’Éducation nationale, dans l’énergie, la culture… De nombreuses luttes ont lieu dans des entreprises où des plans sociaux massifs sont en cours. La jeunesse est également mobilisée contre la précarité galopante qu’elle subit. Une manifestation nationale contre les licenciements et les  suppressions d’emplois s’est déroulée le 23 à Paris pour dire stop à cette casse sociale ! Dans le même temps la résistance contre les lois “sécurité globale” et “séparatisme” mobilise des dizaines de milliers de personnes sur tout le territoire avec manifestations et rassemblements.

Parce qu’il faut un moment pour reprendre confiance collectivement, pour dire stop à la casse sociale, pour afficher nos solidarités, pour lancer une mobilisation qui permette d’imposer un changement de politique, un autre partage des richesses, un autre avenir, participons au 4 février !

Les contenus de cette lettre ne s’inscrivent pas nécessairement dans nos mandats syndicaux, cependant ces savoirs et pensées engagées et souvent peu connues permettent de nous nourrir, de bousculer les lignes, de créer des échanges : n’hésitez pas à nous faire part de vos coups de coeurs et coups de gueules.
 
Envie de partager les ressources glanées au fil de vos lectures, écoutes, regards ? Merci de transmettre à solidairesjs@net-c.com

Rejoignez notre newsletter

NE MANQUEZ PLUS NOS DERNIÈRES ACTUS' , Tracts, Etc